Partagez | .
 

 « wish we could turn back time » ft. teddy ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message

Invité


MessageSujet: « wish we could turn back time » ft. teddy ♥   Lun 22 Aoû - 16:52


wish we could turn back time,
to the good old days.
teddy & pamela
Douce chaleur printanière, le rayonnement lumineux et chaud de l'astre solaire. Il faisait bon, l'osmanthus fleuri dégageait un parfum frais, en accord parfait avec les bourgeons éclos. Les délicates fleurs, encore fripées, blanches, rose, de précieux enfants. Annonciateurs d'une chaleureuse saison, où Mère Nature reprenait ses droits, lentement. Le renouveau de ses émissaires,  l'herbe émergeant de la terre, appelée par le soleil. Quelques petites feuilles d'un vert tendre, sur les branches. Des bourgeons sur les tiges, appelés à s'ouvrir d'ici quelques jours, elle pouvait sentir leur sommeil se terminer maintenant. Cette symbiose si parfaite, si profonde, avec tous les éléments naturels. Avec tout ces êtres purs, innocents, inconscient des tourments propres aux hommes. Le cycle éternel de la vie, qui recommençait. Subissant les intempéries, les années, les incidents. Le parc de Gotham était son sanctuaire. Son havre de paix. Le seul endroit où elle pouvait enfin respirer vraiment, après le froid glacial des murs d'Arkham. Marcher parmi ses sœurs, veiller au bien-être de ses enfants. La lumière faisait briller sa chevelure flamboyante, mèches rousses sautillant au rythme de ses pas. Les yeux d'un vert de jade, pâle et froids dans ce visage aux traits délicats, dardés sur la végétation entourant l'espace. Ce n'était pas son Eden, non, il n'en restait qu'un souvenir trop vif, trop douloureux. Ces vastes étendues brûlées, calcinées, noircies de la main de l'homme. Pour le pouvoir, la puissance. Un simple entraînement pour observer les dégâts produits par des missiles. Risibles microbes. Elle voulait les anéantir, les faire payer pour ce qu'ils avaient fait. Ils avaient éradiqué sa maison, son paradis. L'endroit qu'elle avait crée, façonné pour être le sien, son monde silencieux et végétal. Coloré, jouissant de lumière, d'humidité, de paix. Leur montrer, délicieusement et douloureusement, ce que cela faisait de voir ce pourquoi l'on se bat, ce pourquoi l'on se tue à la tâche, réduit en miettes. Avec seulement leurs yeux pour pleurer, si elle se décidait à les laisser en vie. Tout dépendrait de sa magnanimité.

Elle errait entre les allées, apaisée par le simple mouvement de la brise dans le corps des arbres. Ce bruissement léger, agréable. Par l'action interne des chloroplastes, vivifiés par la photosynthèse qu'elle effectuait sous la lumière du jour. Son corps était en harmonie complète avec son environnement, à l'écoute de la moindre plante, du moindre appel au secours. Elle était leur protectrice après tout. S'oubliant dans la réflexion d'un monde meilleur, elle n'aperçoit pas la silhouette qui s'avance dans sa direction, tout aussi inattentive qu'elle. Un choc et ils se télescopent. Vacillante, elle agrippe ce qu'elle trouve à portée de main, ce qui se trouve être un tee-shirt, d'après la texture. Stabilisée, elle inspire avant de lever son visage vers l'inconnu, puisqu'il se trouve être masculin. Et là, les yeux sont grands ouverts. Les souvenirs qui affluent, comme le latex à la taille d'une euphorbe. « Theodore Kord ? » Ce garçon. Ce garçon qu'elle observait de loin, lors de ses venues à la bibliothèque. Le sportif, le premier de la classe. Le génie, plongé dans les dossiers ou plongeant la tête la première dans les matchs de l'équipe. Ce garçon qui a fait battre un peu son cœur d'adolescente, avec son sourire à dix mille watts. Qui était devenu un homme, un homme de carrure et de charisme, comme toujours. Peu de choses avaient vraiment changé, on dirait. Elle sourit doucement, passant une main vive dans ses mèches rougeoyantes. « Pamela Isley. » Elle revoit les articles de journaux, ceux qui ont annoncé sa succession à la tête de l'entreprise de son père. Tiercé gagnant. La chance souriait à certain, en tout cas. « On était dans la même faculté. » C'était comme retourner un peu plus de dix ans en arrière.

fiche by coula

Revenir en haut Aller en bas

Hero
avatar


MessageSujet: Re: « wish we could turn back time » ft. teddy ♥   Mer 24 Aoû - 14:56


wish we could turn back time,
to the good old days.
teddy & pamela
« Lost in my mind », un refrain qui passait en boucle sur des airs de guitare. Le ciel était lumineux, étonnement chaleureux pour ce printemps jusqu’ici morose, et Ted songeait, marchant dans les rues de Gotham City en quête d’un peu de tranquillité. On venait de lui confier une mission importante, quelque chose de bien plus complexe et grand que lui, quelque chose qui pourrait bien changer la face de l’humanité, et bien qu’il n’en avait rien démontré durant le débriefing de Bruce Wayne, il était inquiet. Et seule la musique pouvait apaiser les âmes en quêtes de réponses. Lost in my mind oh … Lost in my mind.
Ses pas se perdirent vers un endroit calme, un endroit où la solitude pourrait bien l’aider. Il était étonnant de voir un parc aussi bien entretenue entre les tours crasseuses de Gotham City, et pourtant il y avait ici des arbres respirant la vie et aspirant certainement à un avenir meilleur. Ted marchait. Sans but, regardant la liste de ses mails, ses écouteurs dans les oreilles. Il aurait tout aussi bien pu être seul au monde. Mais il ne l’était pas.
Un choc, pas assez violent pour lui faire mal, mais suffisamment surprenant pour le sortir de sa torpeur, et un réflexe, presque héroïque. Sa main passât instinctivement derrière le dos de la jeune femme qui s’agrippait à présent à son t-shirt pour ne pas chuter, faisant ainsi tomber ses écouteurs de ses oreilles. La tranquillité du lieu le frappât alors, le seul bourdonnement du vent ronflant à ses oreilles tandis que ses yeux se posaient sur la demoiselle d’une beauté époustouflante. Le temps semblât s’arrêter un instant autour d’eux, du moins en eut il l’impression. Ses yeux s’écarquillèrent alors que la rousse qu’il tenait à bout de bras prononçait son prénom. D’où pouvait-elle bien le connaître, persuadé de se souvenir d’une telle plante si elle avait déjà croisé son chemin.
Pamela Isley. Oui ce nom lui disait quelque chose, mais il eut du mal à faire le lien entre la demoiselle resplendissante aux yeux de glaces irisés de vert et la jeune fille timide qui se cachait derrière des lunettes qui déformaient son visage timide.
« Pamela. » répétât-il tandis qu’il redressait la jeune femme. Oubliant d’enlever son bras de sa taille, ses yeux ne pouvant lâcher ceux de son interlocutrice.
« Oui bien-sûr, Pamela Isley ! Excuse-moi, je ne t’avais pas reconnu sans … » il esquissa un geste maladroit autour de ses yeux afin de désigner les lunettes et se sentit soudainement parfaitement idiot. Même à l’époque de la faculté, parler aux femmes n’avait jamais été son truc. Bien trop concentrer sur ses propres performances et ses études, ne trouvant d’intérêt que dans le dépassement de soi.
Cherchant un compliment, un mot, un geste pour effacer son manque de tact, le jeune homme plaquât sur son visage un large sourire plein de bonheur et de surprise. Son visage s’illuminant soudain, alors que le temps semblait reprendre sa course sans se soucier d’eux.
« Tu m’as l’air … en forme. Co-comment vas-tu ? »
Il ne se souvenait pas avoir eu jamais une aussi longue conversation avec elle, mais la retrouver ainsi au détour d’un hasard de pas et de réflexion lui faisait l’effet de la main du destin s’apposant sur son épaule, et il lui semblait qu’il redevenait soudain ce sportif solitaire que l’on prenait à tors pour quelqu’un de hautain et de froid. Ted ne savait pourquoi mais il avait envie de tout savoir à propos de la jeune femme, que faisait-elle à Gotham City, que faisait-elle dans la vie, comment avait-elle fait pour se souvenir de lui si facilement ? Et surtout quoi lui dire pour ne pas paraître ingrat ou futile ?
Toutes ces questions éclipsèrent les inquiétudes qui fourmillaient en lui depuis la fin de la matinée, toutes ses pensées dirigées vers une seule et unique personne à présent qui semblait l’avoir étrangement ensorcelé en cet instant.


fiche by coula

_________________
This world is crazy
and I need pizza


Dernière édition par Ted Kord le Jeu 25 Aoû - 11:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


MessageSujet: Re: « wish we could turn back time » ft. teddy ♥   Mer 24 Aoû - 20:47


wish we could turn back time,
to the good old days.
teddy & pamela
Il était presque pareil à ses souvenirs. Ce visage ovale, cette délicate fossette sur le menton, venant ajouter un charme typiquement masculin à son faciès. Ses grands yeux d'un vert de véronèse. Des yeux de chat européen. Passe-partout mais immanquables pour un observateur avisé. Ce sourire qui venait creuser deux petites marques de part et d'autre de sa bouche. Cette tignasse indomptée et indomptable dans laquelle elle l'avait vu passer maintes fois sa main. Ces grandes mains d'homme dont l'une de représentantes restait posée sur sa hanche. Présence superflue mais poigne puissante et chaleur venant traverser le cachemire du tailleur vert. Presque identique au jeune homme qu'elle admirait dans le silence, les yeux rivés sur lui dès qu'il passait le pas de la porte. Elle se souvient surtout de son coeur serré, opprimé par l'impossibilité de ne faire ne serait-ce qu'un seul pas. Theodore Kord avait été son béguin de jeune fille, ce sentiment qu'elle avait porté comme un doux fardeau dans les couloirs de la faculté. Et il se trouvait devant elle, à portée de main, vieilli de quelques années. La pilosité qui venait naître sur ses joues, serpentait au dessus de sa lèvre supérieure, venait mourir sur son menton, n'en rajoutait qu'une maturité et un charme presque évident. Il était là, devant elle, comme si plus de dix années n'avait jamais existé. Les yeux écarquillés sur ce qu'elle était devenue. Sur la femme qu'elle avait su rester, malgré des expérimentations farfelues et dérangées dans un laboratoire lorsque la nuit était tombée. La rouquine qui sourit narquoisement lorsqu'il n'ose s'exprimer sur son apparence d'avant, sur la jeune femme réservée aux lunettes rondes qui hantait les allées de la bibliothèque.

« Mes lunettes, oui. Le progrès de la science, les lentilles de contact, tout ça, les temps changent. » Certes les prédispositions concernant les plantes qu'elle possédait actuellement n'avaient en rien changé certains codes de sa génétique. La paire ronde ayant été changée pour une monture aux verres rectangulaires, sagement rangée dans sa boîte sur sa table de nuit. Mais c'était tellement plus amusant de le voir chercher ses mots, bien loin du sportif sûr de lui qui savait charmer une foule de spectateurs en délire. Un coup au coeur quand sa bouche s'élargit, laissant transparaître un sourire aussi lumineux que le soleil présent au-dessus de leurs têtes. Toujours fidèle à lui-même, à jamais inchangé, celui-là. Et voilà qu'il questionne, presque impatient. Elle voit briller la malice dans ses iris, la joie, une certaine chaleur qui venait réchauffer ses souvenirs glacés des parois de l'asile d'Arkham. « Tu ne m'as l'air pas mal non plus, on dirait » qu'elle répond, taquine, les yeux rivés sur son interlocuteur. « Je profite du printemps pour m'aérer, un peu. On peut dire que j'ai été cloîtrée un bon moment...tu sais, les recherches scientifiques, les théories, les expériences. » Qu'elle rajoute, les yeux levés sur le ciel, l'air entendu. La seconde partie n'étant qu'un tissu de mensonges mais bon, il faut savoir se protéger, n'est-ce pas ? Pressant ses lèvres fardées de rouge carmin, elle poursuit, sans s'attarder. « Et toi ? Ce n'est pas trop dur de prendre la relève de l'entreprise ? J'ai lu les journaux, je dois dire que je m'y attendais mais ce ne doit pas être de tout repos, j'imagine. » Parce qu'au fond, elle s'y intéresse, à l'homme qui se trouve si proche qu'il pourrait sentir son souffle s'échouer sur ses pommettes. C'était comme arrêter le temps, glacer l'instant pour en profiter le plus possible, c'était comme inspirer une grande goulée d'air frais et la sentir diffuser ses bienfaits à l'intérieur de tout son corps.


fiche by coula

Revenir en haut Aller en bas

Hero
avatar


MessageSujet: Re: « wish we could turn back time » ft. teddy ♥   Sam 27 Aoû - 1:01


wish we could turn back time,
to the good old days.
teddy & pamela
Le court du temps reprenait peu à peu ses droits dans l’espace-temps qu’occupaient les deux anciens camarades. Entre eux un peu plus d’espace se créait et pourtant un lien particulier se tissait, un bout de destin comme un fil mince tendu et solide étirant sur leurs joues des sourires sincères. Ted avait l’impression de perdre l’équilibre et pourtant il restait debout. Etrange sensation. Devant lui Pamela relevait ses mots maladroits avec patience et désinvolture. Etrange sensation encore et encore. Comment se faisait-il qu’il ne l’avait jamais regardé ainsi avant. L’avait-il simplement déjà vu vraiment ? Toutes ces années à faire en sorte de devenir meilleur, tout ce temps perdu à rester seul malgré les yeux et les espoirs que l’on posait sur ses épaules, il lui arrivait aujourd’hui de le regretter, reconnaissant à regret qu’il était un solitaire dans l’âme et qu’il ne pourrait changer de sitôt de caractère. Mais Pamela aujourd’hui ne semblait ni lui en vouloir pour ce qu’il avait été ni pour ce qu’il était devenu, c’était rassurant, apaisant, adorable et inattendu.
Ted passât une main sur sa nuque et ne put s’empêcher de rire doucement face aux réflexions de la jeune femme. Oui, vu de l’extérieur sa vie semblait bien heureuse et paisible, il avait tous ce dont on pouvait rêver, et pourtant encore et toujours il s’obligeait à aller plus loin, à faire plus, toujours plus. Cela non plus ça n’avait pas changé, au fond le bon vivant qu’il était ne faisait que cacher ce manque de confiance lattant que personne ne remarquait vraiment lorsqu’on ne faisait simplement que poser les yeux sur lui. Il s’y était fait, et c’était certainement mieux ainsi. Scrutant la jeune femme, il s’aperçut qu’une petite étincelle venait de s’éteindre alors qu’elle parlait d’elle-même, et de son temps passé à travailler. Son esprit d’investigation s’éveillât, cherchant à comprendre ce que cachaient ces mots, avant d’être rapidement remplacé par une pointe de fierté mal placé. Elle avait donc suivit son parcours de loin. Lui qui croyait avoir coupé tous les ponts avec son passé de jeune homme sportif et imbu de sa personne, il avait en réalité créé de la curiosité pour cette jeune femme qui brillait aujourd’hui dans cet espace aux couleurs dégradés d’émeraudes.
« Je profite de la vie, j’essaye … et quelques kilos en trop me le rappels tous les jours … attend c’est pas quelque chose à dire à une belle femme que l’on croise ça non … ? » Un rire simple et franc, une pointe de gêne, et Ted sentit que son corps s’enfonçait un peu plus dans le sol. Décidemment, il n’avait pas l’art de trouver les bons mots aux bons moments, et surtout il se rendait compte qu’il ne parlait que de lui. Tentant de se rattraper il plongeât ses yeux dans ceux de Pamela, prêt à s’excuser d’avant pour ce qu’il allait dire.
« Mais … excuse-moi, je ne t’ai pas demandé ce que tu faisais à présent. Je veux dire, pas besoin de t’expliquer ce que moi je fais tu sembles au courant, ahah. Si mes souvenirs sont bons tu travaillais beaucoup au labo’, on avait un cours en commun. D’ailleurs ça te vas très bien les cheveux détaché, on remarque beaucoup plus que tu as un très beau visage … » Se rendant à nouveau compte qu’il n’avait pas du tout les bons mots, et qu’il n’était qu’un idiot fini, l’héritier Kord arrêta net sa phrase avant de se mordre la lèvre inférieure, désolé et en colère contre lui-même. Pourquoi était-il capable de tenir tête aux plus grands dirigeants d’entreprises des Etats-Unis d’Amérique et aux gouvernements qui voulaient utiliser ses inventions à leurs simples profits économiques, et incapable de parler correctement lorsqu’il se retrouvait face à quelqu’un de plus normal, enfin disons surtout face aux femmes. Car là était certainement le problème. Et Tracy était la première désespérée par son attitude avec la gente féminine, de tout son entourage elle était bien la seule avec qui il était lui-même, mais entre Tracy et Ted c’était différent, depuis le temps qu’ils se connaissaient, ils étaient frères et sœurs. Et une petite voix dans la tête de Ted lui intimait qu’il souffrirait beaucoup de devenir un frère aux si beaux yeux de Pamela, non son estomac se tordait à cette simple pensée. A croire qu’elle l’avait véritablement ensorcelée.
« Pardon. J’ai eu une matinée un peu longue. Je crois que je ne sais plus ce que je dis. Tu as un peu de temps devant toi ? Ça te dit que l’on campe sur ce banc juste là et que tu oublis tout ce que je viens de dire ? » Un sourire plus large encore et bien plus séduisant s’étala sur son visage, découvrant ses dents blanches et creusant les fossettes qui se trouvaient aux coins de ses joues tandis qu’il donnait un coup de tête en direction d’un vieux banc en bois qui se trouvait à moins d’un mètre d’eux. Etre assis lui permettrait peut-être de chuter de moins haut cette fois-ci.


fiche by coula

_________________
This world is crazy
and I need pizza

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


MessageSujet: Re: « wish we could turn back time » ft. teddy ♥   Sam 27 Aoû - 13:33


wish we could turn back time,
to the good old days.
teddy & pamela
L'homme qui se trouvait devant elle, malgré les souvenirs qui venaient rafraîchir son image, ne semblait pas exactement le même que celui qu'elle observait derrière une rangée de livres poussiéreux. Moins assuré, moins fier, ayant acquis une certaine maturité qui contrastait avec cette maladresse qui faisait naître un sourire sur ses lèvres purpurines. Ils avaient évolués, chacun différemment, partant dans d'autres directions. Elle avait choisi de suivre un homme extravagant, dérangé, inconsciemment fou, à la limite du dangereux. Un amoureux de la science, des plantes, des infinies possibilités qui s'y liaient. Par amour, de son côté, également. Un homme qui n'avait jamais hésité à se servir d'elle comme d'un rat de laboratoire, injectant poisons, toxines à son corps, pour en observer les réactions. La rousse l'avait fait de bon coeur, en premier lieu, prête à n'importe quoi pour obtenir un regard de son aîné. Prête à tout pour conquérir un coeur qui n'était voué qu'à l'expérimentation. Transformant son enveloppe charnelle, modifiant certaines de ses cellules, adaptant son corps à celui d'une plante. Le créateur de l'Empoisonneuse, qui s'était enfui en comprenant la portée et les conséquences de ses actions frisant l'hérésie. Qui l'avait laissée, abandonnée, pour sauver sa peau. Laissant une jeune femme sans aucune compréhension des changements qui la transformaient irrémédiablement. Elle ne regrettait pas ça, oh non, elle ne s'était jamais sentie aussi vivante, aussi puissante que depuis ce moment. Mais ce prénom. Jason. Qu'elle crachait comme le venin qui circulait dans ses veines. Ce lâche. Qu'elle tuerait si elle avait la chance de le recroiser un jour. Mais le moment n'était pas propice aux idées de vengeance, pas lorsqu'elle avait l'opportunité de croiser des souvenirs plus chaleureux. Pas lorsqu'il semblait s'enfoncer à chacune de ses phrases, gêné par la portée de ses propres mots. Laissant échapper un léger rire à ses paroles. Il était amusant, c'était un fait, presque attachant dans sa manière maladroite de parler à une femme. Ses yeux vagabondèrent sur la physionomie de son interlocuteur, de haut en bas, les yeux remplis de malice. « Mais vous m'avez l'air en bonne forme pourtant, monsieur Kord. » qu'elle répond, un sourire amusé sur les lèvres. Cette large carrure, des biceps saillants, à l'égard du sportif dans l'âme qu'il avait toujours été.

Elle sourit, il essaye de se reprendre, comme il le peut. Mais de venimeux chez lui, une sorte d'innocence dans ses mots, qu'il ne peut empêcher de laisser s'échapper. Une franchise étrangement...adorable ? Ne pouvant s'empêcher de passer une main distraite dans ses ondulations rousses, après sa réflexion. Dix ans de moins et elle en aurait rougi, certainement. Mais elle s'était endurcie, elle avait une conscience aiguë de son reflet et c'est ce qui lui avait permis de s'en sortir de nombreuses fois. La Nature avait été généreuse avec elle, depuis sa transformation, sans mauvais jeux de mots. Des yeux plus verts, des cheveux plus lumineux. Quelques améliorations qui n'avaient jamais été sans lui déplaire. « Vil flatteur. » Elle reste concentrée sur les prunelles d'un vert plus clair sous la lumière du jour, rajoutant un éclat séduisant sur le visage tout bonnement masculin. « En effet, je suis botaniste spécialisée dans la toxicologie des plantes. Évaluer les possibilités, transformer ce qui pourrait être un poison en traitement. La nature est vraiment fascinante, je dois avouer. » Inutile de rajouter ses méfaits dans la ville de Gotham pour préserver ladite nature et ses protégées. Paraît-il que cela fait mauvais sur un curriculum vitae. Elle voit passer quelque chose sur son visage, pouvant presque imaginer les rouages tourner dans sa boîte crânienne. Il était presque facile à déchiffrer, ses traits si expressifs. Elle rit à ses mots. C'était presque tentant de s'en amuser. « Je suis toute à toi, Ted. » rajoute-t-elle, jouant le miroir des expressions de son vis-à-vis. Tentant, en effet. Observant ledit banc montré d'un geste de bras, elle commence à s'avancer, avant d'être légèrement retenue. Elle avait presque oublié le membre occupé de l'homme à ses côtés, posé négligemment sur ses hanches. Haussant un sourcil moqueur à son intention, les yeux fixés sur la position qu'ils occupaient actuellement. Complément oublieux du monde extérieur, rivés l'un sur l'autre depuis leur rencontre. « Je te laisse m'y conduire, vu que tu as l'air bien installé. » termine-t-elle avec un sourire presque mesquin sur les lèvres, cherchant la réaction voulue sur les traits masculins. Cela allait être un bon après-midi, très certainement.

fiche by coula

Revenir en haut Aller en bas

Hero
avatar


MessageSujet: Re: « wish we could turn back time » ft. teddy ♥   Sam 27 Aoû - 23:43


wish we could turn back time,
to the good old days.
teddy & pamela
Deux heures plus tôt – « Ted ? Un avis sur la question ? » La voix de Bruce avait été à la fois amusée et direct, nul doute que le dirigeant de l’entreprise Wayne connaissait assez bien son cadet pour savoir exactement ce qui lui passait par la tête. Comment pourrait-il dire non ? Quand bien même il sentait la pression monté en lui et qu’il se sentait soudainement bien trop petit face à la tâche qui lui était confié. « Faisable … mais si ce projet est si secret, alors il va certainement falloir que je travaille seul dessus. Le délai est donc trop court à moins que … » Un membre honoraire du gouvernement, reconnaissable à cet étrange costume noir qu’ils portaient tous coupa net le jeune inventeur. « Nous vous fournirons tous les moyens nécessaire et financiers bien évidemment. »
Ted avait alors dit oui. Oui pour créer l’impensable, l’infaisable. Il aurait certainement dû se mettre au travail immédiatement, mais la tension de la pièce, et les costumes tirés à quatre épingles l’avaient rendu morose. Du moins jusqu’à cet instant, où cet escapade l’avait mené jusqu’au beau sourire de Pamela Isley qui se trouvait devant lui, faisant semblant de ne pas avoir relevé sa maladresse et acceptant même son invitation.
Si leurs yeux semblaient se parler, leurs corps ne se comprenaient pas, Ted ayant même oublié que sa paume de main était toujours posée sur la hanche de la belle rousse alors qu’il se dirigeait à son tour vers le banc. Elle avait commencé doucement à parler d’elle, et mentalement l’ingénieur se promis de ne jamais lui offrir de fleurs coupés, comprenant que la demoiselle avait une passion bien trop grande pour les plantes pour les voir un jour fané, et une petite voix au fond de lui, lui intimait de ne jamais la faire souffrir. Mais pourquoi ? Pourquoi ces pensées si intrusives, alors qu’ils ne s’étaient retrouvés que depuis quelques minutes en cet endroit insolite. Lui qui ne connaissait que si peu d’elle tandis qu’elle semblait le connaître de son côté par cœur. A croire qu’elle arrivait à lire en lui comme dans un livre, ou bien que ses yeux de verres le scannaient pour lire chacune de ses pensées.
Elle lui dit qu’elle était tout à lui, l’espace d’un instant il y cru, il en eut même profondément envie avant de se rendre compte que son propre regard et que ce comportement ne lui ressemblait apparemment pas, et il se mit à rire nerveusement avant que Pamela ne lui face une réflexion qui le fit rougir. Oui il avait oublié cette main posée sur cette hanche, et tandis qu’elle lui faisait la remarque il sentit la paume de sa main le piquer tandis qu’il la retirait. La fermant un instant dans l’air afin d’essayer d’oublier la douce sensation que cela lui avait procuré.
« Excuse-moi … j’ai comme l’impression de ne plus réussir à réfléchir correctement aujourd’hui. » S’avançant doucement suivant les pas cadencés par le rythme des hanches de Pamela, il l’accompagnât vers le banc, tentant de paraître le plus sûr de lui possible alors qu’il adressait un sourire tendre à la jeune femme qui ne semblait pas le quitter du regard non plus de son côté. Isley avait bien changé, elle soutenait son regard, répondait à ses paroles, ne se cachait plus, et assumait cette beauté dont la nature l’avait pourvus. Qui aurait pu le dire en observant la jeune femme qu’elle était avant ?
« Alors, les plantes hein ? Je crains de ne pas connaître grand-chose dans ce domaine, cela touche trop à la vie, moi j’invente des machines sans âmes. Mais ça a de la gueule quand même crois-moi ! » Ted se mit à rire, laissant enfin sa personnalité joviale reprendre le dessus tandis qu’il s’asseyait à côté d’elle. Laissant son imposante carrure ombrager le coin de terre qui se trouvait à ses pieds, il s’étirât un instant, son petit déjeuner lui semblant bien loin et un léger tiraillement se faisant sentir dans son estomac.
« Et alors qu’as-tu fais juste après l’université ? Tu as voyagé un peu ? Tu as vu du pays ? En étudiant les plantes tu as du découvrir des choses formidables ! J’ai lu sur internet qu’il y avait fleurs qui attiraient les males insectes en secrétant des phéromones dans l’air. Comme ça elles les tuent avant qu’ils ne les abimes ! C’est dingue ça ! Même les gros scarabées du désert s’y font prendre ! » Amusé, enfantin, Ted semblait soudain intarissable sur les plantes, sur le domaine de prédilection de Pamela. Et bien qu’il aurait aimé passer simplement pour érudit et intéressé par l’horticulture, ce n’était que son esprit geek, et cette faculté maladive à avoir toujours son mot à dire sur tout. Et bien qu’il tentait bien vainement de se montrer intéressent, il n’y avait qu’une seule chose qui comptait réellement à ses yeux, garder Pamela à ses côtés le plus longtemps possible en cette si douce journée.

fiche by coula

_________________
This world is crazy
and I need pizza

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « wish we could turn back time » ft. teddy ♥   


Revenir en haut Aller en bas
 

« wish we could turn back time » ft. teddy ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» LOSNEDAHL but you turn back, and come back with a slap
» GayZor support'sitoire // Come back
» Los Angeles Clippers Time
» 2010 Michael J.Fox Back to the Future spécial 25 ans !
» Mahjong Time

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YO ! JLA :: Back in time :: Back in time-