Partagez | .
 

 DOLLHOUSE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auteur
Message

Hero
avatar


MessageSujet: DOLLHOUSE.   Jeu 11 Aoû - 22:16

Barbara Gordon
ft Emma Stone
« everyone thinks that we're perfect, please don't let them look through the curtains. »

Nom : Gordon, nom connu s'affichant souvent sur les lèvres des habitants de Gotham. Gordon, comme celui qui de flic est passé à commissaire, Gordon, la petite protégée du chevalier Blanc. Prénom : Barbara, comme sa mère avant elle. Etrange certe, mais qui pourtant lui sied particulièrement. Age : vingt cinq étoiles filantes sont passées dans le ciel de sa vie; un quart de siècle, un quart de vie, la miss est encore toute juvénile et la vie s'offre à elle.  Ville de residence : La ville de la corruption par excellence, Gotham City. Métier : A défaut de ne pas avoir pu entrer au FBI et d'un père s'opposant à sa carrière dans la police de Gotham, la rousse est devenue bibliothécaire. Sans oublier ses activités nocturnes; justicière à mi-temps.Origines et Nationalité : Américaine, et ce, jusqu'au bout des ongles. Situation financière : Modeste, elle ne roule pas sur l'or, mais n'est pas à plaindre non plus. Elle s'en sort, et c'est le principal. Statut matrimonial : Elle s'affiche fièrement au bras du premier fils Wayne adopté, souriante, le regard pétillant. Elle est amoureuse la Barbara, éprise de celui qui, la nuit, revête le costume de Nightwing, premier Robin du nom; Dick Grayson. Groupe : i'm a hero and you know it. Qualités : déterminée, joviale, amusante, charismatique, intelligente, réaliste, maligne, sociable. Défauts : maladroite, beaucoup trop indépendante, cache ses émotions, culpabilise facilement.
Que pensez-vous de la JLA et de ses membres ? Dire que j'estime que ça n'est pas une bonne chose serait mentir, notamment en vue de ma double identité. Il n'y a pas à dire, la création de la Justice League est définitivement une bonne chose, ça permettra aux populations qu'ils ne sont pas seuls, et que ceux qui seront tenté de s'en prendre à eux aurons affaire à des personnes prêtent à tout pour les défendre. Je pense sincèrement que la Terre peut s'avérer être heureuse d'avoir de tels justiciers à son service. Que pensez-vous de l'accroissement de la criminalité proportionnelement à l'accroisement du nombre de super-héros ?  C'est probablement la seule chose qui me fait particulièrement peur avec la création de la JLA. Si les justiciers se regroupent pour être plus fort, alors il est évident que les criminels feront de même. Et déjà que coincer le Pingouin et Le Sphinx ensemble, c'est compliqué, mais si une sorte de ligue inverse naît aux quatre coins du pays, nous risquons sincèrement d'être débordé. Et Mars qu'est ce que ça vous inspire ? Faut-il continuer à établir des liens avec les hommes de l'espace ? Je suis assez sceptique quant à ces liens. Un jour, peut-être tomberont nous sur un peuple nocif, désireux de nous esclavager. Une fois de plus, la JLA sera là pour défendre la terre, et nous même, justiciers cachés dans l'ombre agiront, quitte à y laisser la vie. Mais c'est effrayant, parce qu'on ignore encore jusqu'où ça pourrait aller. Puis sincèrement ? Nous sommes déjà débordé avec des individus dit "normaux" ou bien encore à cause des "méta-humains" ne partageant pas nos valeurs. Alors si on doit en plus gérer les menaces extra-terrestre, on s'en sort sincèrement plus!   Et vous ? Quel rôle aimerez vous jouer dans ce monde ?  Aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu y apporter ma contribution pour défendre la justice! Et si j'ai pas pu entrer dans les organisations officielle telle que le FBI ou encore, le commissariat de Gotham, je suis bien déterminé à ne pas laisser tomber. Ainsi, en tant que Batgirl, je désire défendre la justice, et prouver que malgré la corruption de Gotham qui est bien présente, il n'est pas trop tard pour agir. Car tant que nous serons là, agissant dans la nuit, alors il y aura encore et toujours de l'espoir! Votre avis sur le gouvernement actuel ?Vivant à Gotham, je suis pas très objective. Parce que le gouvernement auquel j'ai affaire dans cette ville est un gouvernement d'incapable, tous plus corrompu les uns que les autres. Et la vérité, je sais même pas si à échelle nationale, ils valent mieux le coup.
5 petites questions

Derrière l'écran
Pseudo: antigravity. Age : vingt et un ans.  Comment avez-vous connu le forum ?: j'ai d'abord suivi le projet ... puis j'ai aidé à le monter, héhé!    présence  : 7/7 Région/Pays:marseille, france petit mot ?  : j'espère juste que ... que ... qu'il vous plaira notre bb  




Dernière édition par Barbara Gordon le Ven 12 Aoû - 9:45, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hero
avatar


MessageSujet: Re: DOLLHOUSE.   Jeu 11 Aoû - 22:16

cool kids.
masks. they hide our faces, they hide our fears.
La mort. Quelque chose de sombre, qui s'avère être effrayant. C'est vrai, tout être humain sur cette planète est effrayé à l'idée de mourir un jour. Après tout, qui sait ce qu'il y a après la mort ? Personne. Peut-être que notre âme se détache de notre corps pour errer, ou peut-être est-ce la fin. Quoi qu'il en soit, il y a une chose qui est évidente, notre passage sur cette planète n'est que temporaire. Nous sommes éphémères, et on se souviendra de nous sur une ou deux générations maximum, mais après, nous serrons oubliés, réduit au néant. Car c'est comme ça que ça marche. Car à partir du moment où nos yeux pleins d'innocences s'ouvrent au monde, le compte à rebours débute. Et chaque seconde qui passe nous rapproche un peu plus de l'heure fatidique, de la mort. La problème, c'est que parfois ; le compte à rebours est raccourci et alors que les secondes étaient encore des heures quant à l'heure du jugement dernier, celles-ci se transforment en un simple « zéro » et la vie vous quitte, laissant derrière elle une simple enveloppe charnelle. « Ca va aller. » lui avait-on dit. Les gens répétaient ceci, accompagnés de formules impersonnelles destinées à faire plaisir, à réconforter, à ne pas se sentir seul, mais la vérité, c'est que tous ces gens n'en avait rien à foutre. Certains étaient là car ils tenaient à elle, mais pour la majorité, cet après midi serait déprimant, mais leurs petites vies n'empatiraient pas. Elles resteraient ce qu'elles étaient, et ils se contenteraient de rentrer chez eux pour retrouver les gens qui les aimaient. Barbara détestait ça. Ce soi-disant élan de générosité qui s'emparait de ces êtres qui connaissait à peine la personne dont le nom raisonnait silencieusement sur les lèvres des individus. Parce qu'ils avaient beau lui dire que ça irait, elle savait, au plus profond d'elle, que ça n'irait pas. Pas tout de suite. Et elle n'avait pas envie d'aller bien, elle n'avait pas envie de se relever de cette chute atroce. Elle préférait être perdue à cet élastique le temps que la tristesse disparaisse, le temps que les larmes sèchent, mais elle n'avait pas envie de se battre. Elle voulait se laisser engouffrer par la noirceur, les ténèbres, qui ne demandaient qu'à plomber le moral de la rouquine de la manière la plus tranchante qu'il soit. Un proverbe disait « Ce qui nous tue pas nous rends plus fort. » Pour beaucoup, cette phrase était un moyen d'avancer, mais pas pour Barbara. Par pour cette petite rousse qui n'avait rien demandé. Car il y avait également une autre version de cette phrase qui était véridique quant à son état actuel ; « ce qui nous tue pas nous donne envie de mourir. » et ça, c'était vrai. Sur du long terme, elle s'en remettrait, mais dans l'immédiat, elle ne se voyait pas continuer. La tristesse parlait, et elle savait qu'elle n'oserait jamais faire un acte aussi atroce, cependant, elle se demandait comment elle allait s'en sortir. Cette question lui trottait dans la tête, tuait celle-ci. C'est fou, c'était qu'une gamine et déjà, elle se pourrissait l'existence. Ainsi, les « Ca va aller. » elle n'en voulait pas. Elle n'en voulait plus. Elle voulait courir, partir se réfugier quelque part, et c'est ce qu'elle fit. Tout au long de l'après midi, à partir du moment où cette réunion funeste avait débuté pour soutenir la famille, elle s'était réfugié dans sa chambre. Elle n'avait rien fait. Elle n'avait même pas prit la peine de retirer ce manteau qu'elle avait sur les épaules, mais elle s'était assise sur son tapis, et elle fixait un point dans le vide. Et elle avait attendu que le temps passe, pleurant silencieusement. Elle n'avait pas voulu se mêler aux adultes, pas pour voir leur regards de pitié, désolé.
« Barbara ? » entendit-elle. Si d'ordinaire elle n'aurait pas réagit, là, elle le fit. Car elle reconnaissait cette voix. La voix de cette personne qui savait ce que cette petite ressentait, la voix d'un homme brisé, détruit. Ainsi, elle relevait sa petite tête sans chercher à camoufler les perles transparentes qui glissaient sur ses petites joues rosées et ronde. Elle regardait cet homme qui, elle le savait, se démènerait désormais pour qu'elle ait les meilleures conditions de vie. Et sans même attendre qu'il lui demande ou dise quoi que ça soit, la petite fille se levait, courant alors jusqu'aux bras réconfortant de cet homme qui en dépit des du fait qu'il n'avait aucun lien de parenté avec elle, représenterait désormais tout ce qu'elle aurait. Il enfermait ses bras autour d'elle, passant une main dans sa chevelure rousse tandis qu'il se levait de manière à porter celle-ci. Et tandis qu'elle fixait cette chambre qui serait désormais les vestiges de sa vie passé, la rouquine se contentait de fermer une bonne fois pour toute les yeux. « On rentre à la maison. » dit-il, comme pour rassurer celle-ci. Il savait pas comment il faisait, mais le fait est qu'il était rassurant, qu'il savait trouver les bons mots pour donner de l'espoir. Pourtant, elle savait que ce qu'il qualifierait de « maison » ne serait pas la sienne avant quelques temps. Elle se sentirait d'abord comme étrangère aux vues d'une femme qui s'occuperait d'elle comme sa mère l'avait fait au par avant, d'un frère qui pouvait rejeter celle-ci et d'un flic qui n'était pas son père mais qui agirait tout comme. Elle savait que cet endroit, elle aurait du mal à l'appeler Maison, mais elle ferait des efforts. Parce qu'au moins, elle était chanceuse de pouvoir avoir une famille qui voulait d'elle et de ne pas être condamnée à grandir dans un foyer où ils seraient oubliés, probablement maltraitée et où elle devrait se battre pour vivre, car hélas, dans Gotham, les faibles n'avaient pas leur place. Au moins, elle aurait un lit, et des personnes prêtent à tout pour elle. Et elle savait qu'elle serait éternellement reconnaissante envers la famille Gordon, pour bien avoir voulu d'elle comme quatrième membre à part entière.

few years later.
Son père s'était opposé à ce qu'elle suive une telle direction. Il refusait qu'un jour, Barbara se retrouve avec une arme entre ses doigts. Les raisons étaient multiple. Avant tout, car être agent du GCPD impliquait énormément de chose ; et il avait peur que si elle suivait cette voie, elle finirait par être aussi corrompu que les autres flics. Après tout, si Gordon était l'un des seuls à avoir encore la tête haute, à être fidèle à ses valeurs, c'était pas pour rien. La plupart des flics avaient la trouille de se frotter aux mafieux de Gotham ; Falcone dominait inconsciemment la ville, et même le Maire était sous la domination des malfaiteurs de Gotham, alors était-ce utile de parler des flics ? Et il ne voulait pas que sa fille soit mêlé à ce milieu, il ne voulait pas, dans l'éventualité où elle serait aussi têtue que le père, elle se retrouve dans des situations aussi dangereuse que lui avait été. Mais il avait surtout envie de protéger celle-ci. Il ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose, qu'il lui arrive malheur, il ne voulait pas la perdre comme il avait perdu son ex femme et son fils. Ils étaient parti, car il ne s'était pas assez impliqué dans la vie de famille, et il ne voulait pas un destin aussi tragique pour la petite Barbara. Mais elle était tenace, la gamine. Ainsi, si elle ne pouvait pas devenir agent de police, elle visait le FBI. C'était son principal objectif, mais lorsqu'elle eu les résultats des tests, elle fut déclaré inapte à devenir agent de cette grande organisation. Ainsi, le GCPD fut son nouvel objectif, mais une fois de plus, elle n'avait pas les qualités requises pour devenir agent de police à Gotham City. Pourtant, Barbara n'était pas du genre à abandonner, et elle était vraiment prête à se battre pour obtenir un job et quitter sa bibliothèque municipale. Cependant, le destin fit lui même divinement bien les choses, pour cause, il y eu cette soirée déguisée. Cette soirée où la rouquine avait décidé d'y aller vêtue en version féminine du chevalier noir. Elle se plaisait à jouer le rôle de l'héroïne, et c'était une soirée qui s'annonçait pourtant si basique, si simple. Et pourtant, le destin lui envoyait un message, du moins, c'était ce qu'il y avait à croire. Après tout, il y eu cette tentative d'enlèvement, tentative qui fit agir la petite rousse. Barbara, elle savait se défendre. Petite, elle avait étudié les arts-martiaux, de plus, son père lui avait apprit à se défendre en cas de nécessité, car dans une ville telle que Gotham, c'était obligatoire. Et son intelligence, cette facilité qu'elle avait pour déduire, pour savoir, comprendre, lui permettait d'être à la hauteur du rôle qu'elle venait de se créer. Ainsi, elle se battu pour obtenir ce rôle, celui qui lui revenait désormais de pleins droit. Elle argumentait, aux côtés de Batman, allant jusqu'à le supplier de lui laisser une chance. Barbara était faite pour défendre la justice, pour se battre pour elle. Elle voulait, du plus profond de son âme. Et après de longues heures de négociations, il acceptait. Et c'est ainsi qu'elle rejoint la Bat-familly. C'est ainsi que le jour, elle était bibliothécaire, fille du commissaire Gordon, mais qu'une fois la nuit tombée, elle devenait cette femme, cette héroïne ; Batgirl venait de naître, prête à tout pour aider le Chevalier Noir ainsi que le reste de la Bat-Familly. C'était maintenant eux contre le reste de Gotham, la petite parcelle d'espoir qui rendrait peut-être à la ville sa luminosité. Elle vagabonde, sur les toits de la ville, sautant d'immeuble en immeuble. Elle prend son indépendance avec le temps, mais Batgirl, il n'est pas rare de la voir courir, le célèbre Nightwing la pourchassant. Parce que cette batfamilly, parti de Batman, Robin et elle même, prit de l'ampleur. Et celui qui au début fut le boy-wonder, devint son boy-wonder, celui dont elle tombait amoureuse. Barbara était une Gordon, elle avait espoir en cette ville. Et l'opportunité de revêtir la tenue de Batgirl lui permettrait de se défendre pour que justice soit rendue. Batgirl. C'était désormais son alter-ego, sa version nocturne. Et elle voulait rendre ce monde fier de l'avoir, et surtout, elle voulait qu'ils aient confiance en elle. Qu'ils voient en elle, un espoir certain. Et elle comptait tout faire pour devenir ce nouvel espoir de Gotham.
Et aujourd'hui, Barbara voit le monde changer. Les métas-humains sortant de droite et de gauche, se manifestant. Elle, en éternelle songeuse, s'inquiétait, pour l'avenir de ce monde, son monde. Et pourtant, elle ne perd pas espoir. Elle reste là, perché sur les toits de Gotham, agissant comme elle l'a toujours fait. Mais elle garde un oeil sur les événements, prête à intervenir si besoin est.  

FLORISSONE

_________________

with every passing seconds, every drop of falling rain. I realize I'm lucky to be holding you. When my ground starts shaking and my bones start breaking, I realize i'm lucky to be holding you. We ain't in a perfect world, but you still brings the stars out. You still freak my heart out, with every passing seconds, every drop of falling rain, i realize i'm lucky to be holding you.— nightwing&batgirl.


Dernière édition par Barbara Gordon le Ven 12 Aoû - 0:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hero
avatar


MessageSujet: Re: DOLLHOUSE.   Jeu 11 Aoû - 22:18

BABS ma Babs ♥ coeur sur toi ! j'ai hâte de lire ta fichounette !!!

_________________
This world is crazy
and I need pizza

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Hero
avatar


MessageSujet: Re: DOLLHOUSE.   Jeu 11 Aoû - 22:23

Teddy chou! ♥ Haha, j'vais me dépêcher pour qu'elle soit prête le plus vite possible, hihi. **

_________________

with every passing seconds, every drop of falling rain. I realize I'm lucky to be holding you. When my ground starts shaking and my bones start breaking, I realize i'm lucky to be holding you. We ain't in a perfect world, but you still brings the stars out. You still freak my heart out, with every passing seconds, every drop of falling rain, i realize i'm lucky to be holding you.— nightwing&batgirl.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: DOLLHOUSE.   


Revenir en haut Aller en bas
 

DOLLHOUSE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dollhouse : récapitulatif des liens
» Dollhouse de ma petite troupe
» [Lana's Gallery] Robes, Sacs, Pull Bas P.1 ; Dollhouse P.2
» -- La dollhouse de Demy --
» 1st dollhouse (étape par étape) pour Blythe, pullip....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
YO ! JLA :: The Beginning :: Présentations :: fiches validées-